Cover of Amaidee

Amaidee

Auhtor: Jules Amedee Barbey Daurevilly

Language: french
Published: 1834

Genres:

fiction,  poetry
Downloads: 378
eBook size: 256Kb

Review by Beth Cholette, May 2009


Rating: (****)
Copyright: Public Domain in the U.S.
Please check the copyright status in your country.

Excerpts from the Book 'Amaidee':

... - Mais souvent, apr`es ce vent mordant et froid, ce vent habituel des rivages, des terres cultiv'ees et des collines parfum'ees qui s''etendaient `a la ...
... qu'en tant qu'elle 'etait tristesse car les plus grandes sont encore de nous! `A quoi r^evait-il, le Po`ete, ce soir-l`a, assis sur son granit triangulaire, ...
... reconnu, ^o Altai! Je t'ai bien reconnu `a ta d'emarche, `a la mani`ere dont tu portais la t^ete, `a la fiert'e calme et jamais d'ementie de tes mouvements. ...
... est une vanit'e, un r^eve qui fuit avant le matin? Quoi! toujours des femmes dans ta vie! toujours ce qui ne put tomber dans la mienne remplissant ...
... torpeur, puret'es grossi`eres, perle d'une eau terne et d'une transparence bien douteuse mais pour la force, ^o Somegod! il n'y aurait ...
... qui teignit cette joue il fait une pourpre ardente et h^ave, cruelle br^ulure de l'^ame dont elle est un reflet. L'oeil perd sa s'er'enit'e impudente ...
... toujours l'Altai, le triste et serein Altai, qui s`eme sans croire `a la r'ecolte, ce g'en'ereux laboureur qui jette le bl'e aux quatre vents du ciel! ...
... mettent dans les riens une amabilit'e `a faire pleurer. ^O vous qui disiez que l'^ame se m^ele `a tout, vous aviez bien raison, ^o grande pythonisse `a ...
... et on se purifie quand on pleure!... - Et quand on aime... >> reprit la femme avec noblesse. Mais le Philosophe secoua la t^ete un sourire de d'edain ouvrit ...
... des falaises. Il semblait que tous ces noirs g'eants se fussent relev'es de leurs grands jets d'ombre o`u ils 'etaient disparus et avaient repris ...
... qui t'adore? Il l'a rapport'e de ces monts qu'il vient de mesurer et dont il descend, les l`evres et les narines sanglantes, p^ale et bris'e comme s'il ...
... que ce bruit de l'eau, si solennel, la nuit, quand on n'y voit pas, moins doux mais plus beau que quand la lune jette une large lumi`ere sur ...
... d'une main languissante, et `a la premi`ere coupe tarie, sans d'esir et sans ivresse, je fus aux lieux que j'avais quitt'es. J'y rapportais la m^eme ...
... `A regarder si longtemps l'^etre ador'e, on s'exalte, on s'irrite, on veut! Quoi donc, ^o cr'eature humaine?... Poss'eder! crie du fond t'en'ebreux ...
... d'hommes qui te les renvoyaient empoisonn'es ou qui ne te les rendaient pas tu as d'epens'e bien des larmes sur la couche o`u tu t''eveillais seule et ...
... front qui rougissait dans tes aveux n'en avait d'esappris aucune. Mais, `a ta place, ^o mon enfant! toutes les femmes auraient succomb'e elles ...
... cette vie s'adressait trop `a des facult'es qui ne s''etaient jamais 'eveill'ees dans son ^ame, qui y 'etaient mortes en germe sous les ...
... lait 'ecumant, voyais-tu que je m'ennuyais? Au sein de ce groupe de femmes jeunes, vigoureuses, de contours purs et arr^et'es, sustent'ees de soleil ...
... avec toi. Je retourne `a ma vie errante. J'en suis lasse, et je ne saurais m'en passer. J'y retourne, non point rapidement et le coeur palpitant comme ...
... horreur de l''emotion, cette chose vulgaire, et apportaient intr'epidement, pour preuve de leur distinction personnelle et sociale, d'^etre inaptes ...