Cover of Alcools

Alcools

Auhtor: Guillaume Apollinaire

Language: french
Published: 1913

Genres:

poetry
Downloads: 274
eBook size: 393Kb

Review by Bob Tobias, November 2009


Rating: (****)
Copyright: Public Domain in the U.S.
Please check the copyright status in your country.

Summary of the Book 'Alcools':

Wilhelm Albert W?odzimierz Apolinary Kostrowicki known as Guillaume Apollinaire was a French poet playwright and art critic born in Italy to a Polish mother. Among the foremost poets of the early 20th century he is credited with coining the word Surrealism and writing one of the earliest works described as surrealist the play The Breasts of Tiresias (1917 used as the basis for a 1947 opera). Two years after being wounded in World War I he died in the Spanish flu pandemic of 1918 at age 38.

Excerpts from the Book 'Alcools':


... and Acrobat Reader format. Guillaume Apollinaire. ALCOOLS. (1898 - 1912). Table des matires. Zone. Le pont Mirabeau. La Chanson du Mal-Aim. Aubade ...
... te possde te fait survivre dans l'insomnie et dans l'angoisse. C'est toujours prs de toi cette image qui passe. Maintenant tu es au bord de la ...
... dans la fort. Les grenouilles humides chantent. Beaucoup de ces dieux. Beaucoup de ces dieux ont pri. C'est sur eux que pleurent les saules. Le ...
... danser notre race humaine. Sur la descente reculons. Destins destins impntrables. Rois secous par la folie. Et ces grelottantes toiles. De ...
... femme se promne souvent. Dans le jardin toute seule. Et quand je passe sur la route borde de tilleuls. Nous nous regardons. Comme cette femme ...
... ce monde ou bien de l'autre. Chantaient de ces rondes. Aux paroles absurdes et lyriques. Qui sans doute sont les restes. Des plus anciens ...
... et non de l'criture. Une lettre crite par ceux qui ont plus de vingt ans. Il me suffit de sentir l'odeur de leurs glises. L'odeur des ...
... un juif il sentait l'ail. Et l'avait venant de Formose. Tire d'un bordel de Changa. Je connais des gens de toutes sortes. Ils n'galent ...
... vous tes triste. En robe de comtesse ct du Dauphin. Mon coeur battait battait trs fort sa parole. Quand je dansais dans le fenouil en coutant. Et ...
... ces fruits. Mais puisque tu as faim que tu es en exil. Il pleure il est barbare et bon pardonnez-lui. LARRON. Je confesse le vol des fruits ...
... de l'Euphrate et les yeux des chouettes. Attiraient quelquefois les chercheurs de trsors. Cet insecte jaseur pote barbare. Regagnait ...
... les promesses. Malgr les autans bleus je me dresse divin. Comme un rayon de lune ador par la mer. En vain j'ai suppli tous les saints amres. Aucun ...
... pendant deux. Bonnes heures Amsterdam. Mes doigts jetrent des baisers. Mais le canal tait dsert. Le quai aussi et nul ne vit. Comment ...
... trempe une fois encore mes mains dans l'Ocan. Voici le paquebot et ma vie renouvele. Ses flammes sont immenses. Il n'y a plus rien de commun ...
... ces morts leurs enfants et les vieilles femmes. Sous le ciel sans soleil. Au cimetire plein de flammes. Puis dans le vent nous nous en ...
... annonaient ta naissance. Vois. Les chemins sont fleuris et les palmes s'avancent. Vers toi. LA DAME. Toc toc Il a ferm sa porte. Les ...
... des glas. A la clart des bougies tombaient vaille que vaille. Des faux cols sur les flots de jupes mal brosses. Des accouches masques ftaient ...
... un toton. Le bruit des fiacres. Mon voisin laid. Qui fume un cre. Tabac anglais. La Vallire. Qui boite et rit. De mes prires. Table ...
... fabriques mains. O les ouvriers nus semblables nos doigts. Fabriquent du rel tant par heure. Nous te donnons tout cela. Et Lyon rpondit ...
... kilos de papier tordus comme des flammes. Et ceux-l qui sauront blanchir nos ossements. Les bons vers immortels qui s'ennuient patiemment. Des ...